Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Mer 3 Nov - 13:07

http://www.mediapart.fr/club/edition/internet-et-si-affinites/article/030910/dormez-braves-gens
Voila, on y arrive, la population a été apeurée par les médias, puis a voté un beau parleur sécuritaire qui a promis de remettre de l'ordre... Sa solution ? Créer un état de plus en plus totalitaire, en contrôlant les gens d'internet à leur domicile privé...



Car c'est très logique, quand le peuple n'est pas content, lui envoyer des policiers va arranger tout... C'est beau et tellement facile de dire aux gens, regardez ces gens, ils vont pas travailler (et pour cause), ils sont méchants (et pour cause), ils veulent votre maaal (et pour cause), heureusement, je vais vous sauver, ne vous inquiétez pas, je vais instaurer un état totalitaire, car raz le bol de ces gens qui réfléchissent, et réclament une part de responsabilité... Non, ce n'est pas possible... Seul papa sarko sait ce qui est bon pour vous, endormez vous tranquillement...

Sarko n'a rien inventé, la manipulation des foules existe depuis le début du siècle. Les gens voient le monde à travers les médias qu'il contrôle, on autorise les associations, et on laisse parler quelques révoltés bien contrôlés, histoire de leur faire croire qu'ils ont encore une part de liberté... Après tout, tant que la télévision continue de crasher sur le gouvernement, c'est que la liberté existe toujours non ? Pas vraiment, la première manipulation consiste à faire croire aux gens qui sont libres...

Éteignez votre télévision, mieux que ça, jetez la si vous avez réellement envie de conserver votre liberté de penser. Constatez par vous même, les journalistes ne cherchent rien, ils écrivent ce qu'on veut qu'ils écrivent. On est tous capable de penser par soi même, et de voir avec nos yeux...



Dernière édition par janor le Mer 3 Nov - 13:45, édité 1 fois
avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Mer 3 Nov - 13:25

http://www.loppsi2-habitat.blogspot.com/
L’article 32 ter A de la LOPPSI 2 est une mesure d’exception car elle bafoue les principes de la protection par le juge du domicile, des biens, de la vie familiale et privée, et donne un pouvoir arbitraire et disproportionné au Préfet : en effet, la procédure d’expulsion en vigueur actuellement sur les logements de fortune, nécessite une décision du juge, elle protège d’une expulsion en hiver, elle permet d’être pris en compte dans des dispositifs de relogement voire d’hébergement, elle doit respecter des délais et des actes de procédure délivrés par un huissier, elle prévoit la protection des biens des personnes expulsées ....

Elle est une mesure arbitraire car elle est justifiée par « un risque grave d’atteinte à la salubrité, à la sécurité, à la tranquillité publiques », notions extensibles et floues qui laissent la place à toutes les interprétations. Elle vise toute personne qui aura décidé en réunion (2 personnes et plus), de s’installer sur un terrain quel que soit le propriétaire, et la nature de la relation entre le propriétaire du terrain et les habitants. Même si un des habitants est le propriétaire du terrain, ou si l’utilisation du terrain est contractualisée avec les occupants, ou si simplement le propriétaire n’est pas opposé à cette installation, le Préfet peut employer cette procédure d’exception dans un délai de 48h.

L’article prévoit une sanction financière pour ceux qui ne s’exécuteraient pas assez vite, ainsi que la destruction de l’habitation et des biens qu’elle renferme, sur procédure accélérée. La destruction au bulldozers et le vol des biens d’autrui seront ainsi légalisés. Cette disposition ouvre la voie à une atteinte au droit de propriété.

Cette loi, viendrait faciliter la destruction autoritaire des construction dite « illicite », et la réalisation de la « lutte anticabanisation » lancée notamment par le Préfet des Pyrénées Orientales depuis 2007.

Cette disposition vise et accable les personnes les plus gravement touchées par la crise du logement. A l’opposé des politiques conduites il y a 50 ans, elle répond à la recrudescence des bidonvilles et des formes les plus aigües de mal-logement par la répression et par une procédure d’expulsion expéditive.

En effet, alors que le Gouvernement prétend mettre en œuvre le droit au logement, il n’est prévu ni relogement ni hébergement pour les expulsés. Ils doivent quitter les lieux et se rendre “invisibles”.

Un vieil article toujours d'actualité
http://www.numerama.com/magazine/12948-decryptage-sarkozy-et-son-oeuvre-de-controle-du-net.html

Petit à petit, les pièces du puzzle s'assemblent et l'image se révèle sous nos yeux. Le projet de loi Création et Internet n'a pas encore été promulgué que déjà le morceau suivant s'apprête à faire son apparition. Projet de loi après projet de loi, décret après décret, nomination après nomination, Nicolas Sarkozy prépare méthodiquement les moyens pour le gouvernement de contrôler Internet... et les internautes.

Lundi, Le Monde a publié un excellent article sur la prochaine loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi, ou Lopsi 2), qui montre ce que prévoit le nouveau texte commandé par Nicolas Sarkozy : installation de mouchards électroniques sans vérification de leur légalité par les services de l'Etat, légalisation des chevaux de Troie comme mode d'écoute à distance, création d'un super-fichier "Périclès" regroupant de nombreuses données personnelles (numéros de carte grise, permis de conduire, numéros IMEI des téléphones mobiles, factures...), création d'un délit d'usurpation d'identité, pouvoir de géolocaliser les internautes, ...

Sans cesse repoussée, la loi est attendue de pieds fermes par Nicolas Sarkozy. C'est d'ailleurs en partie elle qui a justifié l'obsession du Président à maintenir contre vents et marée la loi Hadopi. Car "le président de la République actuel a un plan". Pour le comprendre, il nous faut accumuler les pièces à conviction. Certaines relèvent très certainement de la paranoïa, d'autres sont véritablement réfléchies par le Président.

Mises bout à bout, elles laissent peu de doute sur la volonté de Nicolas Sarkozy de contrôler le net, aussi bien dans son contenu que dans son infrastructure.

Au commencement, Nicolas Sarkozy voulu devenir Président

Très tôt dans sa carrière politique, Nicolas Sarkozy n'a eu qu'une obsession : devenir président de la République. Et une vision : pour y parvenir, il fallait contrôler les médias. Maire de Neuilly-Sur-Seine, il s'efforce de faire entrer rapidement dans son cercle d'amis proches les Martin Bouygues, Lagardère (père et fils) et autres Dassault qui le conduiront par leur amitié complice au sommet du pouvoir. C'est d'autant plus facile que ces capitaines d'industrie, propriétaires de médias, dépendent pour l'essentiel de leurs revenus des commandes de l'Etat. Entre amis, on sait se rendre des services...

Toute cette énergie de réseautage a été mise au service de son ambition présidentielle. En 2007, c'était la bonne. Première tentative, première victoire. Mais Nicolas Sarkozy a eu chaud. Il avait négligé Internet. A quelques points près, François Bayrou - qui a au contraire beaucoup misé sur Internet pendant la campagne - passait devant Ségolène Royal au premier tour de la Présidentielle, et c'est le leader du MoDem qui se serait retrouvé à l'Elysée.

Il serait faux toutefois de prétendre que Nicolas Sarkozy, qui s'était assuré le soutien du bloggeur Loïc Le Meur (à l'époque le plus influent), s'est aperçu trop tard du pouvoir du net. Fraîchement élu, le président Sarkozy n'avait pas tardé à demander "l'avènement d'un internet civilisé", prônant une "campagne de civilisation des nouveaux réseaux". Le coup de Trafalgar du refus de la Constitution européenne par les Français avait montré pour la première fois au monde politique les limites des médias traditionnels face à Internet, où l'opposition au texte européen fut virulente. Les amis de Nicolas Sarkozy dans les grands médias et l'industrie culturelle l'ont très vite convaincu qu'il fallait faire quelque chose. Lui pour conserver le pouvoir, eux pour limiter cette concurrence gênante. C'est Renaud Donnedieu de Vabres (RDDV) qui s'est chargé des basses oeuvres, sous l'oeil attentif de son président de l'UMP et ministre de l'intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy.

DADVSI et HADOPI : les premières pierres vers le filtrage

Derrière les apparences d'une première loi contre le piratage sur Internet, comme l'avait prédit le journaliste américain Dan Gillmor, c'est une alliance à trois qui s'est formée entre le pouvoir politique, le pouvoir médiatique et l'industrie culturelle. A peine la riposte graduée (déjà) adoptée, RDDV avait prévenu que la loi DADVSI "n'est que le premier d'une longue série d'adaptations de notre droit à l'ère numérique", et qu'il comptait bien s'attaquer "un jour au problème de la presse et de l'Internet". C'était en 2006.

Affaibli par la débâcle de DADVSI, le ministre de la Culture n'a pas eu le temps de mettre son projet en application. Mais l'idée d'accorder un label à la presse professionnelle en ligne et de doter les sites de presse d'un statut particulier opposé aux blogs était née. Nicolas Sarkozy l'a mise en application cette année. Le tout en permettant à la vieille presse papier de bénéficier par ailleurs de substantielles aides de l'Etat, contraires à la libre concurrence, pour investir le net.

Avec la loi Hadopi, qu'il a maintenu jusqu'à mettre en péril la cohésion du groupe UMP, le chef de l'Etat a réussi à imposer à tous les foyers français l'installation d'un "logiciel de sécurisation", qui, sous la forme d'un mouchard, aura pour but de filtrer les sites internet et certains logiciels. Soit de manière franche, en bloquant l'accès à des contenus ou des protocoles. Soit de manière plus sournoise, en mettant en place un système qui met en avant les sites labellisés par l'Hadopi ou par les ministères compétents, pour mieux discréditer les autres. Les sites de presse professionnels feront bien sûr partis un jour des sites labellisés, tandis que la multitude de blogs ou de sites édités par des journalistes non professionnels verront leur crédibilité mise en doute. Pour le moment on ne sait rien du périmètre des caractéristiques imposées par l'Etat aux logiciels de sécurisation, et c'est bien là sujet d'inquiétudes. Il suffira d'étendre par décret la liste des fonctionnalités exigées pour que la censure se fasse de plus en plus large et précise, hors du contrôle du législateur ou du juge.

LOPPSI : le filtrage imposé aux FAI

Si elle prévoit la création de ce logiciel de sécurisation, et suggère fortement son installation, la loi Hadopi ne fait cependant pas de son installation une obligation. Le risque d'inconstitutionnalité serait trop fort. Il faut donc compléter le tableau, en organisant un filtrage au niveau de l'infrastructure du réseau. C'est le rôle de la loi Loppsi, chapeautée par Michèle Alliot-Marie.

Entre autres choses, la Loppsi va imposer aux FAI une obligation de filtrage de résultat. Ils auront le devoir de bloquer l'accès à des sites dont la liste sera déterminée par l'administration, sous le secret. Ce qui n'est pas sans poser d'énormes problèmes dans les quelques pays qui ont déjà mis en place cette idée. Là aussi, une fois mis le pied dans la porte, sous prétexte de lutter contre la pédophilie (une tentation du pathos contre laquelle il faut résister), il suffira d'étendre la liste des exceptions qui donnent droit au filtrage. Ici pour les maisons de disques victimes de piratage, là pour les sites de presse suspectés de diffamation, ou pour les sites de jeux d'argent qui ne payent pas leurs impôts en France. La liste n'aura de limites que l'imagination et l'audace des gouvernants.

Encore faut-il que ces idées de contrôle du net puissent se mettre en place sur le terrain, ce qui nécessite des hommes et des femmes peu regardants. C'est dans cet art que Nicolas Sarkozy excelle le plus.

Le choix des hommes, le triomphe des idées

Dès 2006, Nicolas Sarkozy a compris qu'il aura besoin de verrouiller son gouvernement et les télécoms pour mettre en place son plan de contrôle d'internet. Christine Boutin, qui avait été une farouche et convaincante opposante à la loi DADVSI fin 2005 (au point de faire basculer le vote de certains députés UMP pour la licence globale), et qui avait défendu l'idée d'un internet libre, s'est ensuite mue dans un silence confondant à la reprise des débats en mars 2006. En échange, et entre temps, elle a reçu la promesse de Nicolas Sarkozy d'entrer au gouvernement après les élections présidentielles si elle mettait sa langue dans sa poche. Les deux ont tenu parole.

Président de la République, Nicolas Sarkozy a ainsi composé son gouvernement de manière à accomplir son oeuvre sans opposition interne. Nadine Morano à la Famille, et Michèle Alliot-Marie à l'Intérieur, n'ont pas eu besoin de forcer leur nature pour prêcher la censure de certains sites Internet ou le filtrage des sites pédophiles ou terroristes. Porte-parole de l'UMP, pilotée par l'Elysée, le lobbyiste Frédéric Lefebvre ne passe plus une semaine sans se confondre en invectives contre Internet, et réclamer le filtrage. En plaçant l'ex-socialiste Eric Besson au numérique, Sarkozy pensait peut-être aussi paralyser les critiques à la fois de son propre camp et de l'opposition, tout en s'assurant le soutien d'un homme qui a troqué ses convictions pour son ambition. En le remplaçant par Nathalie Kosciusko-Morizet, plus rebelle, Sarkozy a pris un risque. Mais il fait aussi un pari. Celui que son frère Pierre Kosciusko-Morizet, président des deux plus gros lobbys français du numérique hostiles au filtrage, serait moins audible dans son opposition si sa soeur est systématiquement suspectée de collusion lorsqu'elle défend le même point de vue. Ce qui n'a pas manqué lorsque PKM a prêché, dans le vide, un moratoire sur la loi Hadopi.

Il a fallu aussi convaincre dans les télécoms. Free, à la nature frondeuse, reste le plus difficile à manipuler pour Nicolas Sarkozy. Il a toutefois trouvé une arme : la quatrième licence 3G. L'opérateur sait qu'elle va être rapidement indispensable pour continuer à concurrencer Bouygues, SFR et Orange, qui peuvent tous proposer des offres regroupant ADSL et mobile. Mais elle est dépendante de la volonté du gouvernement. Très rapidement, Christine Albanel a fait comprendre à Free qu'il devrait être obéissant pour espérer accéder à la fameuse licence. Depuis, le dossier ne cesse d'être repoussé sous des prétextes fumeux, et Free a mis de l'eau dans son vin contre Hadopi et contre le filtrage, dans l'espoir de ne pas hypothéquer ses chances d'avoir accès à la téléphonie mobile.

Pis, Nicolas Sarkozy a fait nommer numéro deux de France Telecom Stéphane Richard, le directeur de cabinet de Christine Lagarde, qui ne compte "que des amis" dans la commission qui déterminera le prix de la quatrième licence 3G. L'homme aura également pour mission de mettre en oeuvre le filtrage chez Orange, qu'il dirigera d'ici deux ans.

Le contrôle des institutions ayant leur mot à dire sur le filtrage

Enfin, Nicolas Sarkozy s'est également assuré de contrôler les institutions qui pourraient lui faire de l'ombre. La CNIL, qui s'est opposée à l'Hadopi, n'aura pas le droit de siéger au sein de la haute autorité. Les amendements le proposant ont été refusés. Elle n'a pas non plus eu le droit de publier son avis contre la loi Hadopi, et les deux députés commissaires de la CNIL, tous les deux membres de l'UMP, ont voté pour la loi. L'un des deux, Philippe Gosselin, a même été un farouche défenseur de la loi à l'Assemblée, et sans doute au sein de l'institution. Dans son dernier rapport annuel, la CNIL a dénoncé l'omerta imposée par le gouvernement, et son manque d'indépendance, notamment financière.

Plus directement, Nicolas Sarkozy a également évincé l'autorité de régulation des télécommunications (Arcep) des études sur le filtrage, auquel elle était hostile. Redoutant que l'autorité ne reste trop à l'écoute des professionnels des télécoms et des internautes, le président de la République a récemment mis à la tête de l'Arcep Jean-Ludovic Silicani, l'ancien président du Conseil de la propriété littéraire et artistique (CSPLA). Un homme notoirement favorable au filtrage et à la lutte contre le P2P. Le CSPLA, rattaché au ministère de la Culture, compte par ailleurs parmi ses membres le Professeur Sirenelli, à qui le gouvernement confie quasiment toutes les missions juridiques liées au filtrage depuis quatre ans, avec un résultat certain.

Finalement, c'est au niveau européen que Nicolas Sarkozy compte ses plus forts adversaires. Il a entamé un bras de fer avec le Parlement Européen sur l'amendement Bono, et exerce un lobbying intense sur les Etats membres pour qu'ils refusent de marquer dans le marbre le principe du respect de la neutralité du net, contraire au filtrage. Il peut compter sur le soutien de Silvio Berlusconi, propriétaire de médias, qui met en place exactement le même plan en Italie. Mais il redoute l'opposition des députés européens.

D'où l'importance des élections européennes du 7 juin prochain. De leur résultat dépendera peut-être la réussite ou l'échec du plan mis en place par Nicolas Sarkozy.
avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Mer 3 Nov - 13:57

Et puis il y a ACTA

avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par Selfcontrol le Jeu 4 Nov - 0:11

J'ai surement pas tout compris...
Mais le sujet c'était bien : loi sur la sécurité intérieure. Non?
La question de fond c'est : Est-ce une "mauvaise loi", si tant est qu'une loi puisse être "mauvaise", est-ce une loi liberticide et aurait-on du bénéficier d'une meilleure information sur le projet de loi avant qu'il ne soit adopté ?

A mon avis partir en délire paranoïaque de manipulation des foules, "big brother is watching you !" et tout le tintouin c'est s'égarer dans un discours stérile qui ne mènera nulle part.

D'abord cette loi n'est pas "nouvelle" car elle existe dans sa version initiale depuis 2003
( LOI Loi n°2003-239 du 18 mars 2003 ).
Le texte de 2010 n'est en fait qu'un renforcement de certaines dispositions du texte initial.
Ensuite la presse en a, à l'époque, largement rapporté les principales modifications.

Alors :Est-ce une mauvaise loi, est une loi liberticide ?
Liberticide assurément. Elle renforce notamment les moyens répressifs. Mais le gouvernement actuel n'a-t-il pas fondé tout une partie de campagne électorale sur l'insécurité ... Et pris l'engagement de répondre aux attentes des français dans ce domaine.
Il fallait par conséquent s'y attendre.

N'oublions pas en fait que cette loi a été débattue et voté par des membres élus représentants du peuple ...
Les français n'ont ils pas en définitive que ce qu'ils ont cherchés ?
avatar
Selfcontrol

Messages : 5

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Jeu 4 Nov - 1:08

Le sujet est surtout: gaffe à nos libertés !

A mon avis partir en délire paranoïaque de manipulation des foules, "big brother is watching you !" et tout le tintouin c'est s'égarer dans un discours stérile qui ne mènera nulle part.
Je préfère faire réagir quitte à en faire beaucoup... Mais je pense surtout que tout édifice commence toujours en posant la première brique... Une fois qu'il sera construit, il sera surement trop tard si c'est ce qu'on voulait, c'est ce qui m'inquiète... !

D'abord cette loi n'est pas "nouvelle" car elle existe dans sa version initiale depuis 2003

Certes, oui, c'est même pas le problème de la loi, c'est un débat mondial (voir acta), c'est tout un édifice qui se construit, personnellement, j'ai pas envie dans 10 ans que tout le monde sache ma véritable identité quand je poste quelque chose sur un forum, ou que je publie un article ou autre. That is the problem.

Internet a cette force d'échapper pour le moment aux contrôles des gouvernements dans une certaine mesure. Qui osera encore dire aussi ouvertement ce qu'il pense quand toute les connexion seront pistés (l'informatique est ultrapuissante, c'est fou ce qui est possible de réaliser pour ceux qui pensent que c'est pas possible).

Comment ferons nous quand on sera menacé de prison lorsqu'on dira un propos dérangeant ? Hum ? Et surtout quand l'utilisation de logiciels pour masquer son identités sera punie de prison !!!!!!

Et oui, comme dit l'article, il est tard, trop ? On a laissé faire, on récoltera ce qu'on a laissé semer... Car qu'on ne me parle pas que je suis extrémiste ou autre, car faut pas être idiot. Bien sûr que ce dont je parle ne se passera pas dans les quelques prochaines années.. On le fera au fur et à mesure pour qu'on s'habitue à être espionné, contrôllé, et analysé sous toutes formes.

Je sais bien que les gens ont été cons de voter sarko, après je sais pas si ça aurait été mieux avec ségolène ou autre, mais ce qui est sûr c'est que au nom de l'insécurité (ouah, je me sens beaucoup plus en insécurité à côté de flics que d'étrangers), aujourd'hui on se permet bien des choses, et avec une opposition très faibles...

Que les français aient ce qu'ils aient cherchés je n'en doute pas, c'est pas le problème, ça prouve que la manipulation médiatique fonctionne encore, et plus que jamais je dirais, c'est pas une raison pour laisser faire et rien dire ? Si ?

Moi je vais le dire, je suis jeune, j'ai 25 ans, honnêtement, j'ai pas envie d'avoir d'enfants quand je vois le monde qui se prépare pour eux dans l'indifférence générale de tout le monde. J'ai pas envie de devenir un bon mouton qui s'agenouille devant des connards, de devenir complétement abruti par une télévision qui ne sait rien dire d'intelligent.

Je sais que je peux pas faire grand chose, à part en parler, informer les gens, faire le travail que ne fait pas la télévision. Ah oui tu as raison, les médias en ont parlé? Pourquoi alors tout le monde te regarde bizarrement quand tu leur parle de loppsi, et te demandent c'est quoi ce truc ?

http://contre-la-pensee-unique.org/blog/2010/02/11/petit-cours-dauto-defense-intellectuelle/

=> Cet article explique très bien cette forme de manipulation par la sélection...

avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par Admin le Jeu 4 Nov - 3:50

"Voila, on y arrive, la population a été apeurée par les médias, puis a voté un beau parleur sécuritaire qui a promis de remettre de l'ordre... Sa solution ? Créer un état de plus en plus totalitaire"

euh... tu me sembles ignorer ce que totalitaire veut dire!! va dire à un chilien que nous sommes dans un pays totalitaire...ou un chinois, ou un coréen... ils vont t'expliquer eux ce qu'est réellement un état totalitaire!!

"je me sens beaucoup plus en insécurité à côté de flics que d'étrangers"
vient ici sur Avignon je vais te faire découvrir le quartier Monclar...à mon avis tu reviendras vite sur cette affirmation!
je trouve tes propos très "jeune", argumentés de façon partiale et peu documentés.
j'ai vu en partie la video de l'ACTA, les propos sont plus que tendancieux! tu devrais diversifier tes sources, ça te permettrais de croiser tes infos et tu verrais que certaines de tes affirmations ne tiennent pas longtemps face à l'analyse.
en bref ton discours ressemble plus à un discours de propagande qu'à une analyse réelle des faits avérés.
au fait, je fais partie "des cons qui ont voté Sarko". mais j'ai un gros avantage sur toi, c'est que moi j'ai vu la gauche au pouvoir en 1981. en ce temps là j'avais voté pour Miterrand...et fais la fête lors de son élection!
j'ai donc l'avantage de l'expèrience due à mon âge (55 ans) crois moi, analyse les propositions de la gauche, (t'inquiètes pas ce sera vite fait, elles ne sont pas nombreuses...) et imagine les dans la "vraie vie"... même si certaines sont valables je ne le nie pas.
au fait, Miterrand avait créé une cellule spéciale d'écoutes illégales... c'est toi qui parlait de "régime totalitaire"?

_________________
En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. Orwell
avatar
Admin
Admin

Messages : 1586

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Jeu 4 Nov - 15:28

euh... tu me sembles ignorer ce que totalitaire veut dire!! va dire à un chilien que nous sommes dans un pays totalitaire...ou un chinois, ou un coréen... ils vont t'expliquer eux ce qu'est réellement un état totalitaire!!
Tu déformes mes propos, j'ai dit, un état de plus en plus totalitaire ! On en reparlera dans 30-40 ans !

vient ici sur Avignon je vais te faire découvrir le quartier Monclar...à mon avis tu reviendras vite sur cette affirmation!
Tu dévies le sujet. Comme si tu disais à une personne qui n'a pas peur des araignées, vient dans cette cuve d'araignée puisque tu as pas peur. J'ai pas dit qu'ils étaient tous super gentils, et attentionnés, je réfute juste la thèse comme quoi ils seraient tous agressif, mal intentionnés, et j'ajoute que je relativise quant à la raison de ce genre de comportement. Je termine en faisant la comparaison avec des CRS.

j'ai vu en partie la video de l'ACTA, les propos sont plus que tendancieux! tu devrais diversifier tes sources, ça te permettrais de croiser tes infos et tu verrais que certaines de tes affirmations ne tiennent pas longtemps face à l'analyse.
Bien sûr que j'ai diversifié mes sources, vous êtes libres de vérifier vous même ce que j'affirme, de nombreuses sources parlent de l'acta, j'ai mis la vidéo car elle explique bien, si cela vous semble incomplet, vous connaissez google.

en bref ton discours ressemble plus à un discours de propagande qu'à une analyse réelle des faits avérés.
Tiens donc ? Oui, y a une part de propagande car il faut réagir, mais ce que je dis à un fondement.

j'ai donc l'avantage de l'expèrience due à mon âge (55 ans)
Je savais qu'en disant mon age, on me louperai pas dessus... L'ad hominem, juger l'homme plutôt que ses idées... Einstein aurait été un nazi, ça n'aurait pas changé la validité de sa théorie sur la relativité.

Ensuite tu présupose que je suis un fervent admirateur de la gauche. Or ce n'est pas le cas, aujourd'hui on vote pour défendre ses intérêts et non pas pour des idées. Sarkozy ne fait pas exception, et il est en première ligne question intérêts:
Entre ses intérêts dans les fonds de retraite privés, les médias, et le medef en général. Donc oui ça a été une énorme connerie de l'élire.

au fait, Miterrand avait créé une cellule spéciale d'écoutes illégales...
Que vient faire miterrand là dedans ? Est ce de lui dont on parle ? Pour le coup comme tu dis, oui j'étais pas né (ou très jeune), donc pas dans la capacité à gueuler contre ça lol!
avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par Admin le Jeu 4 Nov - 23:01

l'assertion concernant ton âge n'est en rien pour dévaloriser tes propos. mais au vu des idees exposées sur différents topics, je pressentais que tu étais jeune.
ce qui ne veut pas dire "jeune con"!! soyons clair!! juste jeune, avec des idées orientées correspondant à ton âge.
si t'as pas compris pourquoi je parlais de Mitterand, c'est que t'as pas lu toute la phrase! c'est pas possible autrement!!

_________________
En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. Orwell
avatar
Admin
Admin

Messages : 1586

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Ven 5 Nov - 2:37

Oui pour mitterant j'avais compris , je me suis mal exprimé... Je veux dire que c'est tout aussi condamnable.. .Sauf que là, ça sera légal, si tu suis la nuance... Et c'est ça qui craint...
Je défend ni la gauche ni la droite, je m'en fou d'ailleurs c'est juste que sarko c'était une très mauvaise idée.
avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par sangrila le Ven 5 Nov - 13:41

et Mitterrand, c'était une super mauvaise idée aussi! Taing, on y a cru, et il a fait pire que tous les autres. D'un programme de gauche, il l'a transformé allègrement en programme de droite, avec, oui, l'affaire des écoutes téléphoniques aussi, avec...ce serait trop long....Il a "régné" notre cher Mitterrand, il a confondu son siège avec un trône !!!
Alors Sarko, je me dis qu'au moins, il défend ses idées, contre vents et marées, et il ose envoyer les flics , en fait là où on en a besoin, c'est tout. Demander aux flics de travailler signifie-t-il "régime totalitaire" ????
C'est là que je me pose la question.
J'ai vécu en Suisse où les flics sont partout et arrivent dès qu'on les appelle, est-ce un régime totalitaire?
Ne serais-tu pas quelque peu extrémiste?
avatar
sangrila
Dieu gratteur
Dieu gratteur

Messages : 2132

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Ven 5 Nov - 14:09

il ose envoyer les flics , en fait là où on en a besoin, c'est tout. Demander aux flics de travailler signifie-t-il "régime totalitaire" ????

A la base je parlais des nouvelles lois qui vont augmenter le contrôle de nos vies. Suivi de ce qu'on fait sur internet, installations de caméra, etc... (j'ai plus tout en tête)

Pour ce que tu dis, tu sais regarde où ça amène ce qu'il fait, depuis qu'il est là, la situation ne fais que se dégrader... Le problème vois tu à mon avis, c'est que quand l'état va mal, on peut bien sûr mettre des flics à tout les coins de rue, espionner les gens, pourquoi pas instaurer un couvre feu. Ça serait le premier réflexe qu'on aurait. Sauf que tu empêches les flammes de monter, mais tu ne t'attaques pas à la base.

Quant au fait qu'il ose envoyer les flics, là où ya besoin , je sais pas où tu as vu ça.. Moi les flics je les vois toujours là où on a pas besoin d'eux, pour protéger les quartiers riches et c'est tout. On les vois même faire les casseurs dans les manifs Oo !

Totalitaire ? Dans le sens où il fait ce qu'il veut notre cher sarko, il s'en fou du peuple, il veut tout contrôler... Bien sûr qu'on est pas encore dans un régime totalitaire. Mais c'est comme tout, c'est le genre de choses qui arrivent sans qu'on s'en aperçoive, et pour ça qu'il faut gueuler au loup avant. Après c'est trop tard. (La preuve, les gens se mobilisent pour les retraites et pas pour nos libertés).

Pour la suisse, je sais pas je sais que c'est un pays un peu particulier , avec sa culture, une population très peu pauvre... Donc bon.

Suis je extrémiste ? En quoi ? Vouloir dire, attention à nos libertés, à nos droits, contre vents et marées est ce extrémiste ? Oui je suis extrémistes sur d'autres aspects. Mais je pense pas l'être sur ce point.

On reparlera d'extrémisme quand on sera archi contrôlés (et j'espère que ça arrivera jamais mais bon), et que l'état pourra nous transformer en gentils moutons et qu'on aura plus la possibilité de se rebeller...

Aujourd'hui on a pas besoin d'un ultra sécuritaire de mes deux qui cherche à faire le plus d'argent pour lui et sa famille, et défendre les intérêts économiques de ses copains millionnaires. Il va juste réussir à foutre la france en plein chaos.

On aurait surtout besoin d'une personne intelligente qui cherche à redresser la france intelligemment (autrement que, toi pas content, toi en prison), nous assurer une meilleur indépendance, et réussir à calmer les tensions qui vont faire le jeu de tout les partis extrémistes sécuritaires.


Pour mon plaisir Very Happy



Trop nombreux sont ceux qui ont oubliés le passé
L'histoire de l'homme, une honte, faut-il te le ressasser?
Le monde, une spirale ou les mêmes erreurs sont retracées
A force de côtoyer l'horreur, nos cœurs sont devenus glacés
Nous parlent de profits, la condition de l'homme effacée
Mondialisation et concurrence sont leurs uniques phrasés
Les peuples unilatéralement écrasés
La création menacée
Multinationales et croissance ont tracée
Leurs routes sur nos libertés
Ils ont jurés, crachés qu'rien n'entravera la leur à l'heure ou les
dictatures sont cachées
A cause de leurs profits, immédiat l'avenir est gâché
Cette bande d'ingrats ont réduit la planète à un grand marché
La loi des plus riches et beaucoup crèvent avant d'être agé
Protestations dîtes criminelles si tu les as outragés
Ils mentent lorsqu'ils disent que le mal-être n'est que passager
Puis s'étonnent quand la nature se rebelle comme un peuple enragé
Ils disent être transparent alors que de sang, leurs mains sont tachées
Déconseillent fortement d'avoir des idées trop engagées
Accélération d'leur plan depuis qu'des avions se sont crashés
Et toi, dis-moi dans quels sens au système es-tu attaché?
Ils prêchent le blasphème et la vraie lumière se fait lyncher
Tous nés la corde au cou, dans certains pays elle a lâchée
Parlent de justice alors qu'à la racine ils l'ont arrachée
Les plus gros s'engraissent sur la tête de ceux qui n'ont rien à
mâcher
Voila le monde d'aujourd'hui. Parait qu'leur plan a marché
Nous vendent un progrès technique qui dans le fond a tout saccagé
Parlent d'évolution quand notre humanité s'est fait hachée
Notre coeur ne bat plus vraiment et notre inconscient est faché
Stress, angoisse, cancers, dépressions notre compte s'est chargé
Mais on ne cherche pas la cause c'est les effets qu'on aimerait chasser
"Philosophie fast-food" pour que nos consciences soient terrassées
Au nom de la dignité humaine, nous avons dis: "ASSEZ"
avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par sangrila le Ven 5 Nov - 14:41

<<<<<<<s nouvelles lois qui vont augmenter le contrôle de nos vies. Suivi de ce qu'on fait sur internet, installations de caméra, etc... (j'ai plus tout en tête)<<<<<<<<<
OK, ici aussi, sur mon planet, il y avait des engueulades, des échanges de drogue permanents, et j'en passe, on a demandé l'aide de la Mairie qui nous a envoyé une personne pour nous aider à résoudre ces problèmes. Il était "bronzé" et connaissait bien tous ceux qui foutaient le bordel. Il nous a permis, à nous, propriétaires autour de ce planet, de nous réunir, de discuter, de nous retrouver, de faire des fêtes.Manque de bol, ce "bronzé" si adorable, si travailleur, si généreux, s'est fait littéralement écraser par ses compatriotes. Eh oui! Ecraser dans le vrai sens du terme, tuer par une voiture qui lui a roulé dessus. Choc!
Alors la Mairie a installé des caméras sur ce planet, et depuis....tranquillité, ils ont été voir ailleurs !
J'ai vu un reportage également dans un tout petit village, où les maisons étaient cambriolées en permanence. ils ont installé des caméras, presque une pour 10 habitants§ Plus de cambriolage !
<<<<depuis qu'il est là, la situation ne fais que se dégrader.<<<<<
Peut-être que la situation existait avant, mais les gens en parlaient moins, c'est tout. Ils vivaient avec la peur de se faire trucider !
Je discute souvent avec les flics de l'Isle, ils n'en peuvent plus, ils me disent "c'est toujours les mêmes qui foutent le boxon", si, ils travaillent, eux, je les vois, et ils interviennent à toute heure du jour et de la nuit, et ce sont toujours pour les mêmes personnes!!!!!!!!!
Pour reparler de la Suisse, où tout est contrôlé (parfois trop je l'avoue), on peut encore se promener dans la rue, même une femme seule, ce qui n'est pas vraiment le cas en France.
Maintenant, où est la moyenne ?
Les gens sont choqués par ce contrôle, mais ils seront bien contents de pouvoir sortir tranquilles le soir, de pouvoir laisser leur maison seule pendant les vacances !!!
Il faudrait savoir ce que l'on veut.
Ok prendre le problème à la base ???? Je n'y crois plus trop, on est allés trop loin justement dans le laxisme. C'est cela le problème.
Le laisser-faire, le "touche pas à mon pote", etc.......... qui a laissé la porte ouverte à bien des abus.
On le voit chez les jeunes, ils n'ont plus le respect de rien, peu importe la couleur de leur peau....Ils sont jeunes, donc ils se croient tout permis.
Non, je ne vais pas revenir au "à notre époque", et pourtant....
Nos délires de potaches ne nuisaient à personne sinon à nous seuls!!!!
avatar
sangrila
Dieu gratteur
Dieu gratteur

Messages : 2132

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Ven 5 Nov - 15:09

A priori, l'endroit où tu habites a atteint un seuil assez critique.

Après c'est sûr que j'ai parlé de mesures intelligentes....

Imagine toi, on te prend ta vie, tu t'énerves, tu te crées un groupe de potes avec qui tu te rebelles, et ya un mec de ton ethnie qui vient t'expliquer que c'est pas bien... Logique tu le crames. Ça s'appelle un traitre.

Apprends que personnellement je sors presque tranquillement à n'importe quelle heure... Bon je suis en centre ville, pourtant entre SDF, et zonards, on a de quoi faire (à clermont).

Le problème est que on a demandé à des tonnes d'immigrés de venir travailler en france, et on a été incapables de leur offrir une vie décente. La première génération l'a accepté, puisque ils étaient conscients de venir d'ailleurs, la deuxième génération est née en france, et se voit mettre des batons dans les roues tout le temps. Certains s'en sortent en réussissant leurs études et en ayant la chance de tomber sur un patron pas trop xénophobe. Mais je me rappelle quand je faisais du porte à porte à paris, et qu'on avait un collègue arabe, qui se démenait pour réussir, et qui acceptait de se faire exploiter... Je me rappelle quand j'étais au collège qu'un arabe m'avait dit, arrête tes études, vend de la drogue, ya que ça pour réussir, je me rappelle toutes les fois où je prenais le RER, où j'entendais les conversations entre arabes qui discutaient des arrestations qu'ils avaient subis, de la vie que leur menait les flics, je me rappelle quand j'ai fait de l'aide aux devoirs dans un quartier défavorisé avec le responsable arabe qui avait monté cette petite association, et que les enfants arabes étaient souvent partagés entre leurs grands frères qui avaient gaspillés leurs vies en trainant dehors, et leur propres difficultés avec leurs parents qui parlaient mal le français, je me rappelle de ces blancs qui trainent jusqu'à 3h du mat sous ma fenêtre en gueulant, et emmerdant les filles qui passent, je me rapelle de ce petit vieux arabe ultra poli, super gentil...

Ya vraiment pas de mystère, on l'a cherché ce qui arrive aujourd'hui, les arabes seraient vraiment bêtes de se laisser faire...

On a aujourd'hui une ségrégation horizontale, on parque tout les pauvres au même endroit et on s'étonne que ça dégénère ? C'est qui qui ose s'étonner de ça ? La vérité c'est qu'ils nous ont bien servi à l'époque et qu'aujourd'hui on aimerait s'en débarrasser.. Pathétique... Aucun sens des responsabilités.

T'as déjà vu toi des quartiers où on regroupait tout les pauvres et démunis ne pas devenir des zones ? On parque la misère ! Les riches ne veulent pas voir ce pour quoi ils sont responsables !

Bien sûr qu'il y a eu une propagande gerbante qui nous disait, on est tous copains, pas de racisme etc... Mais ça montre que la propagande a une limite à ce qu'on peut supporter.

Qu'ils se défendent ces immigrés pour leurs droits, on peut pas leur en vouloir. Qui aurait l'audace de dire qu'ils ont autant de chances que nous pour réussir ?

Je suis ni maire, ni président de la république, donc j'ai pas forcément réfléchis aux mesures qu'on pourrait mettre en place pour calmer le jeu, mais elles existent soit en sûr, seulement ça n'arrange pas les plus riches... Et c'est là qu'est le problème.

Quoi qu'il en soit, peut être que les arabes s'ennervent plus facilement que nous, mais j'en suis pas si sûr car je peux t'assurer que je me retrouverai au fond du trou, ya aucun doute que je foutrai autant le boxon qu'eux, si ce n'est plus...
avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par sangrila le Ven 5 Nov - 16:13

<<<<<T'as déjà vu toi des quartiers où on regroupait tout les pauvres et démunis ne pas devenir des zones<<<<
Faux ! Les maires sont obligés maintenant de répartir les logements sociaux dans toute la ville. Ils sont également obligés - ou alors de payer pour ne pas en créer - d'avoir ces logements sociaux.
Ces logements dont tu parles ont été créés il y a fort longtemps, et certains sont détruits de nos jours justement.
Et puis, que tu le veuilles ou non, "ils" se regroupent systématiquement.
Comme se regroupent les Hollandais dans des quartiers résidentiels protégés, ou les Allemands, etc........ Il se forme des "ghettos" sans qu'on leur demande.......
Mon quartier a bien changé depuis que j'y suis, justement grâce à ces demandes, ces caméras, ces coups de gueule que nous avons lancés.
Ils ont de toute façon envie de fiche le boxon, eh bien, qu'ils aillent le fiche ailleurs que sous notre nez.
Tu parles des générations d'immigrés, j'ai fortement envie de te dire qu'on ne leur a pas forcément demandé de venir. Là, je suis méchante, je le sais. Nous, on a été bien fichus dehors du Maroc ou d'Algérie!!! On s'est retrouvés sans rien en arrivant en France, on n'en a pas fait un fromage et on a fermé notre gueule.
Crois-moi quand tu arrives du Maroc et que tu débarques en Alsace, on est des pestiférés, pas Alsaciens, pas vraiment Français....
Tous parlent alsacien, et n'entendent pas parler français devant nous !
Je sais, la comparaison est mauvaise, mais je la tente tout de même. Etre une étrangère n'implique pas de devenir violent...
avatar
sangrila
Dieu gratteur
Dieu gratteur

Messages : 2132

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Ven 5 Nov - 16:40

j'ai fortement envie de te dire qu'on ne leur a pas forcément demandé de venir.


En France, l’État s’implique fortement dans la reconstruction en nationalisant des pans entiers de l’économie. L’interventionnisme porte en particulier sur les secteurs de l’énergie et des transports. Il fait largement appel à la main d'œuvre étrangère, mettant en place la SONACOTRA dès 1954.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Reconstruction_apr%C3%A8s_la_Seconde_Guerre_mondiale

L'ordonnance du 2 novembre 1945 sous-tend une politique d'immigration durable, notamment via le regroupement familial, et l'acquisition de nouveaux droits au fur et à mesure de l'allongement la durée du séjour de l'étranger, supposée signifier son intégration. L'immigration est alors vue d'une façon ambigüe : durable, familiale et de travail dans le droit, ce qui n'empêche pas l'administration d'interrompre l'installation des travailleurs étrangers en juillet 1974, puis de tenter entre 1978 et 1980, sans succès, le retour forcé des travailleurs nord-africains vers l'Algérie.

Depuis le milieu du XXe siècle, la France a mis progressivement en place une politique spécifique à l’égard de l’immigration. Le premier instrument normatif important est l’ordonnance du 2 novembre 1945 [53] qui crée l’Office national d’immigration et instaure les cartes de séjour de un, cinq et dix ans.

Après les accords de Genève mettant fin à la guerre d'Indochine (1954), près de 5,000 Français d'Indochine (couples mixtes ou veuves de Français fuyant la guerre) sont rapatriés et « accueillis » dans des Centres d'accueil des Français d'Indochine (CAFI) [54], en particulier à Noyant, dans l’Allier, et à Sainte-Livrade, en Lot-et-Garonne [55].

C'est ensuite le tour à nombre de juifs marocains, souvent en transit pour Israël, puis aux harkis après les accords d'Évian (1962), qui sont aussi logés dans des centres de transit ou d'« accueil ». Leur liberté de mouvement est entravée, les contacts avec la population locale, sinon impossible, découragés quand ils ne sont pas déjà difficiles, et les conditions de travail précaires.

Ces conditions sont partagées par l'immigration économique des années 1970, en provenance du Maghreb. Les migrants sont logés dans des foyers ouvriers. La Société nationale de construction de logements pour les travailleurs algériens et leurs familles (SONACOTRA) est créée en 1956 pour régler le problème de l'habitat insalubre des migrants originaires d'Algérie (bidonvilles, en particulier autour de Paris, tel celui de Nanterre, cafés-hôtels) dû à la pénurie de logements. Elle construit son premier foyer, en 1959, à Argenteuil. À la fin des années 1970, une grève des loyers démarre contre la SONACOTRA. Invoquant des « troubles à l'ordre public », l'État expulse alors dix-huit migrants.

Après une période au cours de laquelle les pouvoirs publics favorisent l’immigration afin de satisfaire aux besoins de main d'oeuvre de l’économie française dans les années 1960, la crise économique des années 1970 et la fin du plein emploi les pousse à limiter les flux migratoires. Ainsi les circulaires Marcellin - Fontanet, en 1972, lient l’attribution d’une carte de séjour à la possession d’un titre de travail, à un logement décent, et décide de mettre fin aux procédures de régularisation. La même année, quatre énarques qui ont toujours voulu rester anonymes[56], créent le Groupe d'information et de soutien des immigrés (GISTI), qui tient sa première permanence à la CIMADE, et dont le but sera de faire échec à toutes les mesures gouvernementales tendant à réduire l'immigration[57].

Valéry Giscard d’Estaing, nouveau président de la République, décide d'interrompre les nouvelles immigrations (5 juillet 1974) et de favoriser le retour en offrant une prime importante (en 1978, le « million Stoléru »); en même temps, il est institué un droit au regroupements familiaux qui transforme l'immigration provisoire de travail en immigration de peuplement et qui deviendra la source de plus importante de l’immigration. En 1976, un décret prévoit de ne pas renouveler les cartes de séjour aux étrangers qui sont sans ressources ou qui ont quitté le territoire depuis plus de six mois. Le 10 novembre 1978, un arrêt de principe du Conseil d'État, à la requête du GISTI, annule les dispositions du décret sur le regroupement familiales qui le subordonne à l'engagement de ne pas travailler. En 1980, la loi 80-9 Bonnet, qui durcit les conditions d’entrée sur le territoire français et prévoit l’expulsion des étrangers qui sont entrés sur le territoire sans autorisation; Le 2 avril, à Lyon, un mouvement de protestation avec des des grèves de la faim d'un pasteur, d'un prêtre et d'un immigré algérien, feront suspendre les mesures. Le chômage se développe en plus chez les immigrés et le 10 mai 1980, une marche est organisée par le PS, le PSU, la CFDT, et la ligue des droits de l'homme contre le projet de Lionel Stoléru, alors secrétaire d'État auprès du Ministre du travail, tendant à arrêter l'immigration, à ne pas renouveler les permis de travail des étrangers au chômage, et à favoriser leur retour dans leur pays. Le 7 juin 1980, une nouvelle manifestation est organisée dans plusieurs villes à l'appel des mêmes associations auxquelles s'est jointe la Fédération de l'Éducation Nationale, regroupées en une Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (FASTI).

Enfin l’immigration contribue à retarder le vieillissement de la population, sans toutefois résoudre complètement ce problème à elle seule.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Immigration_en_France#.C3.80_partir_de_1945_:_D.E2.80.99une_immigration_.C3.A9conomique_encourag.C3.A9e_.C3.A0_la_politique_du_regroupement_familial

Quatrième vague migratoire (1946-1962)

Après 1945, le flux migratoire reprend, les Algériens occupent des emplois dans les domaines qui permettent la reconstruction de la France et la relance économique, comme mines et sidérurgie, mais aussi l'industrie et la construction de nouvelles infrastructures. Selon Daniel Lefeuvre, professeur à l'Université de Paris 8, il apparaît que l'immigration algérienne en France dans les années 50 a pour origine l'explosion démographique et la pauvreté. En effet, dans son ouvrage chère Algérie publié en 2005, il affirme que cette immigration ne répond pas aux besoins de main d'oeuvre de l'économie française au cours des années de reconstruction ou des Trente Glorieuses mais bien à la situation terrible dans laquelle vivent les populations musulmanes à cette époque. Les ressources sont insuffisantes pour nourrir une population qui croît très vite. la misère s'étend et les Algériens sont contraints de s'expatrier pour nourrir leurs familles. Les administrateurs de la colonie encouragent cette émigration pour alléger la pression sociale. Mais la métropole est peu disposée à accepter ces nouveaux travailleurs, qui n'ayant aucune formation professionnelle, ne répondent pas à la demande des entreprises. Inversement, Gérard Noiriel indique, dans son ouvrage Le Creuset français en se basant notamment sur les travaux de Georges Mauco, que les immigrés, dont beaucoup d'algériens, ont depuis la deuxième Guerre mondiale construit 90 % des autoroutes françaises, une machine sur sept, et un logement sur deux. [8]

Dès 1947, les Algériens deviennent, officiellement du moins, des citoyens, appelés par l'administration des Francais musulmans d'Algérie (FMA) et commencent à s'organiser politiquement aussi bien en métropole qu'en Algérie. Ils ne sont donc plus des immigrants étrangers mais des immigrants régionaux comme les Bretons et les Corses avec le droit de vote, les mêmes droits et devoirs que les autres citoyens français[9].


http://fr.wikipedia.org/wiki/Immigration_alg%C3%A9rienne_en_France#Premi.C3.A8re_vague_migratoire_.281905-1918.29


Première vague d'immigration (1962) [modifier]

L'empire colonial français ayant cessé d'exister en 1946 (création de l'Union française), la France se tourne vers le Marché commun et l'industrialisation qui requiert toujours plus de bras, l’immigration est alors la seule ressource[réf. nécessaire]. L'immigration algérienne explose alors au fur et à mesure que les chantiers s'ouvrent en France[réf. nécessaire].
Etre une étrangère n'implique pas de devenir violent...

Lis ce que j'ai mis plus haut !

Et puis, que tu le veuilles ou non, "ils" se regroupent systématiquement.

Idem

Faux ! Les maires sont obligés maintenant de répartir les logements sociaux dans toute la ville. Ils sont également obligés - ou alors de payer pour ne pas en créer - d'avoir ces logements sociaux.
"maintenant"
=> Et moi je le constate pas dans la vie de tout les jours !
avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Sam 6 Nov - 17:28

avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par Admin le Lun 8 Nov - 2:17

Imagine toi, on te prend ta vie, tu t'énerves, tu te crées un groupe de potes avec qui tu te rebelles, et ya un mec de ton ethnie qui vient t'expliquer que c'est pas bien... Logique tu le crames. Ça s'appelle un traitre.
t'en as d'autres des conneries de cet acabit??? Shocked
franchement...! ok, on est ici sur un site de libre expression, mais de là à dire n'importe quoi y'a un pas que je n'ose franchir!! cette phrase est non seulement conne mais ressemble à s'y méprendre à un appel au meurtre!! toi qui dit avoir peur de te voir privé de liberté, tu es ici sur un espace de liberté! pour autant il est quand même régit par certaines règles et certaines lois. les règles du savoir vivre et les lois pénales qui interdisent l'appel au crime ou son apologie.
je te remercie donc de bien vouloir à l'avenir réfléchir deux minutes de plus avant d'écrire sinon je me verrais obligé de te priver de cet espace de liberté qui te permet de t'exprimer, mais tant que tu n'enfeins pas les règles énumérées plus haut.
merci d'en tenir compte.

_________________
En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. Orwell
avatar
Admin
Admin

Messages : 1586

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par sangrila le Lun 8 Nov - 10:46

Je suis d'accord avec Will, si tu parlais de ce type qui s'est fait écraser par "ses potes", c'est honteux. C'était le médiateur de la ville ! Il faisait un travail admirable, savait écouter, savait aider, toute la ville l'aimait!!! Il y a eu un monde fou à son enterrement, une marche silencieuse dans toute la ville......
Lui, un traitre? parce qu'il faisait son boulot, un boulot admirable ! Donc si je rejoins ton idée, si on est "bronzé", on doit rester avec "ses potes" ??????? C'est du n'importe quoi. Tu te contredis...
avatar
sangrila
Dieu gratteur
Dieu gratteur

Messages : 2132

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par Invité le Mar 9 Nov - 7:53

j'ai bien fait de ne pas dormir cette nuit..
.sacrés bons dialogues...enrichissants à souhait..
presque enfin envie de dire
"ouff qq qui pense comme moi..." cheers .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Mar 9 Nov - 12:03

Je n'ai rien à répondre à tout cela, il me semble que vous êtes assez grands pour comprendre ma phrase sans avoir besoin d'appeler au scandale.

Et non cher admin, je ne retire rien, je t'invite à relire la phrase dans son contexte et d'éviter de monter sur de grands chevaux aussi rapidement.

ressemble à s'y méprendre à un appel au meurtre!!
=>N'importe quoi !

Maintenant à vous de savoir si vous souhaitez juste vous rassurer ou faire évoluer votre pensée.

Il faisait un travail admirable, savait écouter, savait aider, toute la ville l'aimait!!!
A priori pas TOUTE la ville.

Sangrila, le jour où tu seras dans la merde, que tu protesteras et qu'un mec viendra gentiment t'expliquer qu'il faut fermer ta gueule, on en reparlera...
avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par sangrila le Mar 9 Nov - 13:21

c'est arrivé Janor, et je n'ai aucune peur de l'affronter, j'ai mes raisons, il a les siennes, et en général, cela finit toujours bien, car je garde toujours mon calme...
avatar
sangrila
Dieu gratteur
Dieu gratteur

Messages : 2132

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par janor le Mar 9 Nov - 13:43

Ok, c'est un fait Sagrila que l'on va pas buter tout le temps le premier qui vient nous apprendre la vie parce que c'est son taf, et qu'il a été mandaté par d'autres gens. On est bien d'accord.

Je disais juste que cela peut se comprendre, en fonction des individus et des circonstances.

Pour ma part, si je suis en situation de révolte, et que j'ai rien à perdre, je sais pas jusqu'où je pourrai aller.

Durant la révolution Française, ils te coupaient la tête pour beaucoup moins que ça... (Juste sur des présupposés).

je garde toujours mon calme...
Tu crois que tu dirais ça si t'étais vraiment au fond du trou ?

Pour en revenir à la raison de ce débat sur la nature humaine
Je rappelle quand même qu'on parle de ça, car tu avais dit (Sangrila) que les caméras étaient la seule solution qui marchait car MÊME en envoyant un baratineur pour leur demander d'être gentils, ça fonctionnait pas...

Tout ça pour dire grosso modo, que forcément ça marche pas... Où alors ils sont très cons...

C'est pas en demandant à des révoltés d'être gentil que ça va marcher.... Ptète que en les écoutant, et en faisant quelque chose de RÉEL.... Mais j'ai peur que la date limite d'intervention soit dépassée.
avatar
janor
Gratteur confirmé
Gratteur confirmé

Messages : 77

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par Admin le Mar 9 Nov - 16:09

tu te permets de juger un fait divers dont tu ne sais rien! et moi j'ai toujours appris que quand on ne sait rien on demande, et surtout tant qu'on sait pas on ferme sa gueule!
nous rassurer??? mais tu plaisantes!! on ne cherche nullement à se rassurer, mais nous savons de quoi nous parlons, à ton contraire.
soit un peu humble jeune homme, et évite de nous prendre pour des vieux cons, car si tu nous connaissais tu serais surpris!!!

_________________
En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. Orwell
avatar
Admin
Admin

Messages : 1586

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Loppsi: Sécurité ou liberté ? Faites votre choix

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum